40. Secrets pour temps de crise

ParYves Alain

40. Secrets pour temps de crise

Mon histoire m’a appris que deux personnes peuvent vivre un coup de foudre puis, un jour, arriver à se détester ![1]

L’escalade de la violence dans les relations interpersonnelles est bien décrite par la psychologie, avec les étapes suivantes :

  • conflit banal, où les conjoints ont un désaccord sur un point précis. On parle alors de conflit d’objet ;
  • conflit d’identité, où l’on en vient à des accusations réciproques, oubliant le problème initial ;
  • escalade mimétique des propos accusatoires sur le mode victime-agresseur,
  • chacun va chercher des alliés en position de sauveur, avec la mise en place d’un « triangle dramatique » dit de Karpman[2].

Figure 13 : le triangle dramatique de Karpman[3]

Les tensions dans les couples ne datent pas d’aujourd’hui. La littérature en parle depuis plus de 2000 ans :

C’est en raison de la dureté de votre cœur que Moïse
vous a permis de renvoyer vos femmes.
Mais au commencement, il n’en était pas ainsi.[4]

Traditionnellement, les formules de la cérémonie du mariage évoquent la période d’épreuve qui arrive immanquablement à toute famille. C’est aussi le cas implicitement lors de la lecture obligatoire de l’article 212 du code civil :

Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours, assistance.

C’est également le cas lors des échanges de consentement[5] :

La fiancée : Je te choisis comme époux et je me donne à toi

Le fiancé : Je te choisis comme épouse et je me donne à toi

Ensemble : Pour nous aimer fidèlement, dans le bonheur ou dans les épreuves, et nous soutenir l’un l’autre, tout au long de notre vie jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Une des spécificités du mariage, est précisément l’alliance qui dure toute la vie, y compris dans les moments d’épreuve.

Dans le mariage les époux s’engagent pour la vie parce qu’ils s’aiment, ils éprouvent un sentiment positif l’un envers l’autre. La raison est aussi présente, en aidant et en confirmant, mais ce n’est pas elle qui motive. Lorsqu’un mari constate qu’il en veut à sa femme et qu’il accepte d’agir pour rester fidèle à son engagement, il ne peut cesser de lui en vouloir par une simple décision prise en une seconde. Ce qu’il peut faire, c’est observer ce qui se passe en lui, observer son discours intérieur et le modifier.
Si chaque fois qu’il constate qu’il lui reproche ceci ou cela,
il se dit « attention, je suis en train de nourrir en moi un sentiment négatif, ce n’est pas dans mon intérêt.
S’il le fait avec sérieux, il arrivera à gérer la situation, à laisser dépérir le négatif et à entretenir un sentiment positif
qui finit par régler le problème[6].

Nous ne reviendrons pas sur les épreuves que traversent tous les humains, comme la maladie, le deuil, le chômage, la perte d’un logement ou d’emploi, les difficultés financières, la solitude, le travail épuisant, etc. Dans ces moments-là, les conjoints se doivent mutuelle assistance dans le respect des lois et des engagements qui règlent la vie conjugale.


Article suivant : Signes précurseur de difficultés
Table des matières  ///   Ecrire à l’auteur  

Source de l’image : l’Express

[1] Michael, www.mon-couple-heureux.com/a-propos-2/

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Triangle_dramatique

[3] www.lefildentaire.com

[4] Matthieu 19, 3-9.

[5] https://croire.la-croix.com/Definitions/Sacrements/Mariage/L-echange-de-consentement-le-Oui

[6] Piron (Claude), conférence au congrès de la fédération internationale des centres de préparation au mariage, 2016.

À propos de l’auteur

Yves Alain administrator

Je suis un homme ordinaire, évoluant d'une posture de sachant à celle de sage. La vie m'a donné de nombreux privilèges : français, catholique, marié, père de six enfants, grand-père, ingénieur polytechnicien, canoniste, médiateur, coach, écrivain et chef d'entreprise (https://energeTIC.fr) Il me faut les lâcher peu à peu pour trouver l'essentiel. Dans cette quête, j'ai besoin de Dieu, de la nature et peut-être de vous.