46. Face à la violence conjugale

ParYves Alain

46. Face à la violence conjugale

Dans de nombreux pays[1], la loi protège les femmes et les hommes[2] contre la violence conjugale[3], avec des mesures de prévention, de protection des victimes et de condamnation des partenaires violents et des récidivistes. Voici un extrait du Code civil français :

Lorsque les violences exercées au sein du couple ou par un ancien conjoint, un ancien partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou un ancien concubin mettent en danger la personne qui en est victime, un ou plusieurs enfants,
le juge aux affaires familiales peut délivrer en urgence
à cette dernière une ordonnance de protection[4].

Même si son approche est différente[5], l’Eglise, dénonce également les violences et manipulations dans le couple, comme en dispose le code de droit canonique :

Can. 1153 — § 1. Si l’un des conjoints met en grave danger l’âme ou le corps de l’autre ou des enfants, ou encore si, d’une autre manière, il rend la vie commune trop dure, il donne à l’autre un motif légitime de se séparer en vertu d’un décret de l’Ordinaire du lieu et même, s’il y a risque à attendre, de sa propre autorité.

En pratique, cette loi canonique de l’Eglise est peu connue et peu appliquée[6], de même que les recommandations du synode de la famille sur la violence dans les couples. (Amoris Laetitia N° 153 à 156).

Etant admis que la violence domestique est condamnable, il importe de la détecter à temps, d’objectiver le niveau de violence et le seuil de tolérance, pour choisir des conduites appropriées. Dans cette perspective, des campagnes d’informations sont menées sur la violence conjugale, expliquant qu’elle suit en général un cycle qui se reproduit au fil du temps, et augmentant progressivement d’intensité.

EtapesVécu de l’auteurVécu de la victime
TensionsColèrePeur de déplaire
AgressionPerte de contrôleHumiliation, désespoir
ExplicationCulpabilisation Culpabilité
RéconciliationExpression de regretsEspoir que c’est la fin
TensionsColère…/…
Agression…/……/…

Il en résulte diverses formes de violences.

  • Violences psychologiques et verbales : l’autre veut tout contrôler chez son conjoint : son emploi du temps, son argent, ses décisions, ses activités, son apparence physique (habits, coiffures, …), ses amis, … ses gestes et ses pensées. Il manipule le conjoint, l’humilie en tête-à-tête et/ou en public, devant les amis, la famille, les enfants, le dévalorise, le dénigre, le harcèle, le menace, l’insulte, l’injurie, le suspecte, lui coupe les vivres, fait du chantage au départ, à l’expulsion…
  • Agressions sexuelles : la relation sexuelle est un viol dès qu’un des partenaires n’est pas consentant, par exemple en imposant des pratiques ou des postures non consenties, ou en incitant à la prostitution ou à des formes d’échangisme.
  • Vol : En France, le vol entre époux est punissable dès lors qu’il concerne des objets ou documents indispensables à la vie de la victime, comme des papiers d’identité ou des moyens de paiement,
  • Violences physiques : agression physique, coups, projection d’objets, projection de la personne elle-même, séquestration, excision, tentative de meurtre… Cette violence laisse des blessures visibles à l’œil.

Les pages précédentes donnent des premières pistes pour rétablir le dialogue mais, si elles ne suffisent pas, une des premières choses à faire est de prendre conscience du caractère inacceptable de la violence, et d’en parler autour de soi pour ne pas rester isolé en position de victime impuissante.

Même si l’un des conjoints ou les deux peuvent le supporter pour eux-mêmes, ils doivent lutter courageusement contre le climat de violence domestique, en faisant, si nécessaire appel à un tiers, car cette violence provoque sur le couple et sur les enfants un impact dévastateur et durable.

Si la violence est forte, il convient de recourir à la loi, ce qui est nécessaire mais doit être effectué avec précaution car, « summum ius, summa injuria », dit l’adage latin, ce qui veut dire qu’on peut aussi se servir de la loi pour l’injustice. Comme cela est développé au chapitre 2 sur la médiation, il convient de se garder des deux écueils suivants :

  • tergiverser, et devenir ainsi complice de la violence ;
  • se précipiter en condamnant trop vite l’auteur de la violence sans se rendre compte que les rôles de victime et de bourreau s’inversent très souvent et que celui qui joue au sauveur immodéré risque d’aggraver le conflit.

Article suivant : Vivre ensemble malgré tout
Table des matières  ///   Écrire à l’auteur  

Source de l’image : avocat Steyer

[1] Ex ; En France, loi n° 2010-769 du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences au sein des couples et aux incidences de ces dernières sur les enfants

[2] 88 % de femmes et 12 % d’hommes en France.

[3] En Belgique, la fréquence est estimée à un couple sur huit. http://www.mon-couple-heureux.com/violences-couple/

[4] Article 515-9 du Code civil français.

[5] En prenant position pour la victime, contre l’agresseur, l’Etat peut aggraver la situation en se posant en sauveur

[6] Combien de couples demandent un décret de l’évêque avant de se séparer ?

À propos de l’auteur

Yves Alain administrator

Je suis un homme ordinaire, évoluant d'une posture de sachant à celle de sage. La vie m'a donné de nombreux privilèges : français, catholique, marié, père de six enfants, grand-père, ingénieur polytechnicien, canoniste, médiateur, coach, écrivain et chef d'entreprise (https://energeTIC.fr) Il me faut les lâcher peu à peu pour trouver l'essentiel. Dans cette quête, j'ai besoin de Dieu, de la nature et peut-être de vous.