6.5. Secrets des médiateurs

ParYves Alain

6.5. Secrets des médiateurs

Source = http://initiadroit.com/

Dans le troisième exemple ci-dessus, la personne accompagnée n’a pas été confrontée à son adversaire mais elle aurait souhaité le faire.

Dans bien des cas, et notamment dans les couples en difficulté, il est possible d’aider les conjoints à renouer un dialogue constructif, avec l’aide de médiateurs dont c’est le métier.

Dans les sociétés traditionnelles et notamment en Afrique, le chef de famille ou de village réunit son conseil pour régler les questions importantes, avec un rôle intermédiaire entre celui de médiateur et d’arbitre. Ainsi la palabre africaine est utilisée depuis des temps immémoriaux pour rétablir l’harmonie dans une communauté, indépendamment de savoir qui a raison ou tort.

6.5.1. Le cheminement vers la médiation

L’entrée en médiation nécessite en général un chemin de mûrissement car les deux conjoints ont l’impression qu’ils ont déjà tout essayé en vain pour se comprendre.

La médiation peut être conseillée par l’avocat avant, pendant ou après le divorce. Elle peut également être  imposée par le juge dans le cadre de ce que l’on appelle médiation judiciaire, ou décidées librement par les parties dans ce que l’on appelle médiation conventionnelle.

Une  médiation ne peut en effet démarrer que si les deux parties sont d’accord sur le principe d’une médiation, en acceptant de dialoguer avec l’autre, en présence d’un médiateur, avec un vrai désir de rechercher une solution, en acceptant les conditions éventuelles de rémunération du médiateur.

L’acceptation des conditions de la médiation nécessite parfois du temps, comme on peut le voir dans l’histoire ci-dessous, où la médiation entre les parents est proposée par leurs enfants.

  1. Deux époux sont séparés, leurs deux filles adolescentes sont à la garde de la mère et le père ne paye pas la pension alimentaire (CEEE) à temps ;
  2. Les deux filles souhaitent faire des études et demandent de l’aide au père qui refuse, estimant qu’elles n’ont qu’à faire un emprunt ;
  3. Les filles sont fâchées, la mère veut faire un procès, le père tombe malade ;
  4. Les filles sont tristes de cette situation et vont voir l’avocat de la mère qui propose une médiation ;
  5. La mère et le père acceptent la médiation.

6.5.2.      Le déroulement d’une médiation

Comme tout échange, le processus de médiation suit une « boucle de contact », avec un temps de préparation, un temps d’accueil, un temps de dialogue au cœur du sujet, puis un temps de conclusion et un temps de désengagement.

Le temps de préparation est souvent constitué d’entretiens séparés entre le médiateur et chacune des parties,

  • pour préciser l’objectif, à savoir qu’il ne s’agit pas de savoir qui a tort ou raison, mais d’aider à trouver une solution,
  • pour rassurer les parties sur la capacité du médiateur à poser un cadre d’intervention rassurant,
  • pour préciser les conditions de la médiation en ce qui concerne le lieu (généralement neutre), les entretiens préalables (en général un avec chaque partie), la durée (ex une séance d’une à deux heures), l’évolution (d’autres séances peuvent être programmées) et le coût. 

Avant la médiation, les deux parties ayant décidé de recourir à un médiateur, en arrêtent généralement les modalités d’un commun accord, de manière à aboutir à un contrat de médiation liant le médiateur et les parties. Bien qu’il puisse être parfois informel, le contrat de médiation est en général structuré autour des articles ci-après[1] :

  • l’objet : Les parties entament une médiation pour résoudre leur différend concernant …/…
  • le médiateur : les parties mandatent …/… comme médiateur, pour les aider dans la recherche d’une issue amiable à leur différend dans un climat serein, sans proposer de solution aux parties. …/…
  • Règles applicables en médiation : …/…
  • Rapport avec les procédures judiciaires : …/…
  • Confidentialité : …/…
  • Rémunération du médiateur : …/…
  • Noms, coordonnées et signatures des parties et du médiateur

Une fois le contrat signé ou du moins, décidé, la première réunion de médiation commune entre les parties débute par un rituel que Jacques Saltzer[2] évoque avec l’acrostiche PORTE :

  • P. Présentation : les parties arrivent en général sous le coup de l’émotion et le médiateur va s’efforcer de leur donner confiance en présentant calmement le processus, en les assurant qu’ils auront pleinement la possibilité de s’exprimer, et ce, dans un espace protégé.
  • O. Objectifs : il s’agit de rappeler l’objectif aux parties, à savoir qu’elles puissent trouver elles-mêmes une solution au conflit qui les oppose, dans un cadre sécurisé, avec une méthode éprouvée, plus rapide, moins chère et moins aléatoire qu’une décision de justice.
  • R. Règles : les réunions de médiation se font dans la plus stricte confidentialité. Chaque partie peut demander un entretien séparé, sachant qu’un autre est alors accordé à l’autre partie si elle le désire. Chacun est libre d’arrêter la médiation s‘il le souhaite. Les parties sont tenues d’écouter l’autre quand il s’exprime et chacun doit s’exprimer courtoisement.
  • T. Temps : La durée de la médiation varie d’une journée à plusieurs mois[3].
  • E. Engagement : Après avoir répondu à des questions éventuelles, le médiateur invite les parties à s’engager sur les règles ci-dessus et, l’angoisse étant tombée grâce au cadre rassurant, la médiation proprement dite peut alors commencer.

L’accord étant donné sur le principe et la démarche, la médiation proprement dite se déroule en théorie selon quatre étapes décrites par « la roue de Fiutak ».

  1. Rappel des faits. Dans une première étape, le médiateur invite les parties à préciser les faits à l’origine du conflit. Il s’efforce ainsi de faire évoluer la situation d’un conflit de personnes (c’est de ta faute si…) à un conflit d’objets (nous sommes en désaccord sur tel ou tel point). Il parvient à ce but en modérant le dialogue pour que les parties abandonnent leurs jugements sur l’autre et parviennent à un exposé le plus objectif possible des faits. Il est possible que cet exposé soit partagé mais il est également fréquent que les deux parties donnent deux scénarios différents des événements, auquel cas, elles peuvent s’accorder sur les points de convergence et de divergence, ce qui est déjà un début d’accord.

Dans les deux heures d’une médiation familiale, toute une vie s’écoule, depuis la première rencontre du couple, la création de la famille, le rêve de bonheur détruit, les enfants écartelés entre les deux parents et la séparation qui a brisé le cœur de chacun[4].

  • Recherche des causes. La seconde étape consiste à comprendre pourquoi les faits ont entraîné un conflit et le conflit un litige. L’idée de base est que chaque personne a un comportement logique avec un minimum de désir du bien, et qu’il faut comprendre ce qui est important pour chacun.
  • Le temps de bascule : c’est le moment où chacune des parties perçoit sa part de responsabilité dans le conflit, ainsi que les besoins qui se cachent derrière les émotions et le ressenti de l’autre. Il passe alors du jugement de valeur sur l’autre à un minimum de compréhension, voire de compassion permettant d’envisager la recherche d’une solution.
  • Elaboration : c’est l’étape de la recherche de toutes solutions possibles sans tenter de les évaluer à ce stade.
  • Décision : c’est le temps du choix de la solution et de sa mise en forme.

Figure 30 : la roue de Fiutak[5]

La formation d’un médiateur vise le savoir-être plus que le savoir-faire et que le savoir tout court. En outre, les médiateurs maîtrisent les nombreux outils de communication interpersonnelle, tels qu’évoqués précédemment, car ils les ont appris et expérimentés en commun. La maîtrise d’eux-mêmes (savoir-être) et de ces outils (savoir-faire) fait la différence entre un médiateur débutant et un médiateur expérimenté.

6.5.3.     Exemples de médiations

La littérature présente un grand nombre de cas de médiations conjugales réussies dont voici quelques exemples :

Gilles va trouver un médiateur après la décision de sa compagne Julie de se séparer après 15 années de vie commune et la présence d’un enfant de 12 ans. Il veut faire un travail sur lui-même pour récupérer sa compagne. Julie, qui a pris sa décision, n’éprouve pas le besoin d‘une médiation, mais elle accepte pour aider Gilles à accepter sa décision. Au cours du travail, les deux conjoints expriment leur souffrance respective et éprouvent de la compassion l’un pour l’autre. Finalement Gilles accepte de faire un travail sur lui-même quelle que soit la décision de Julie[6].

Madame et Monsieur sont accueillis en médiation pénale suite à une plainte de Madame pour violence conjugale sur sa personne. Madame explique au médiateur que Monsieur a un problème d’alcoolisme depuis longtemps et bénéficie d’un suivi médical. La violence verbale de Monsieur à son égard est un phénomène récent qui a fini par se solder par une violence physique à l’occasion de problèmes financiers.

Elle dit avoir un rôle de gendarme et être le souffre-douleur de Monsieur en lieu et place de sa mère contre laquelle il nourrit un ressentiment qu’il n’arrive pas à exprimer. Il n’a plus de contact avec sa famille. Madame a peur de la violence de son époux et de ses conséquences, étant donné l’ostéoporose dont elle souffre. Elle exprime cependant que sa souffrance liée aux violences physiques n’est pas la plus importante : »Il est dur d’encaisser un coup mais les violences verbales sont pires. Je me sentais humiliée par les insultes. » Monsieur est d’accord avec la version de Madame et dit : « Madame est ma tête de turc par rapport à mes problèmes avec ma famille ». Tous deux témoignent par leurs attitudes d’un lien de tendresse et de respect mutuel. Au terme de la médiation, Monsieur est disposé à se faire accompagner psychologiquement. La plainte et la médiation ont permis la prise de conscience de la violence installée dans les relations conjugales, et cela, bien avant le passage à l’acte physique[7].

Jacqueline Morineau, une des pionnières de la médiation en France, donne aussi des exemples de médiation réussie là où la justice a échoué [8]:

  • avant la plainte : une grand-mère de 73 ans, qui avait un amant de 40 ans avait déposé une plainte contre sa fille qui lui avait fait des misères, après « tout ce qu’elle avait fait pour elle ». La mère lui en voulait parce qu’elle considérait la grand-mère comme « la honte de la famille ». Le petit-fils qui aimait à la fois sa mère et sa grand-mère vivait un confit de loyauté. La médiation aboutit au retrait de la plainte après que chacun ait pu s’exprimer, et que la mère ait constaté que l’amant avait largement entretenu la grand-mère, tandis qu’elle-même et son fils en avaient largement bénéficié.
  • entre la plainte et le jugement : une femme avait déposé plainte contre son frère de 18 ans son aîné, avec qui elle était en conflit depuis toujours. La médiation a réussi quand le frère et la sœur ont réalisé qu’aucun d’eux n’était responsable du fait que, 50 ans auparavant, leurs parents avaient écarté le frère de la maison, quand sa sœur était née, du fait d’un logement trop exigu.
  • Après un jugement de divorce : très souvent des époux divorcés continuent à se faire la guerre une fois le jugement prononcé et la médiation intervient quand la souffrance devient trop grande comme nous le verrons plus loin à propos du cheminement vers la médiation. En général, la médiation part commence à réussir quand la souffrance de chacun des deux ex conjoints a pu être exprimée et reconnue et qu’ils cessent de se polariser sur le passé pour regarder la souffrance actuelle de leurs enfants. Ils peuvent alors entamer un processus de reconstruction, en ayant une valeur commune, le bonheur de leurs enfants.
  • Pendant l’incarcération : un juge d’application des peines a sollicité une médiation pour un jeune maghrébin en fin d’incarcération pour tentative de meurtre sur son père, et que je luge sentait prêt à récidiver. Grâce à deux médiateurs dont un maghrébin, ainsi que la mère qui jouait un rôle apaisant, le père et le fils ont pu se parler et s’expliquer et des prises de conscience eurent lieu. Ainsi le père accepta que le fils vienne visiter sa mère à la maison familiale quand lui-même serait absent. La fin de la médiation fut très mouvante. La mère pris les médiateurs dans ses bras et le père les bénit au nom d’Allah.

En fin de comptes, choisir la médiation, c’est choisir la bienveillance, choisir l’efficacité, choisir la coopération pour n’être ni bourreau, ni victime, ni sauveur, agir dans le sens de l’autonomie et de la responsabilité, apprendre à vivre les conflits comme des étapes, choisir de coopérer malgré les différences et les différends, exercer notre pouvoir de création et d’action, tout en laissant sa place à l’autre[9].


Article suivant : Secrets des conseils conjugaux et familiaux
Table des matières  ///   Écrire l’auteur  

[1] http://www.mediation-oav.ch/images/uploaded/file/contrat_mediation.pdf

[2] Médiateur français, professeur de médiation et auteur de plusieurs ouvrages. http://promediation.org/fr/qui-sommes-nous/les-equipes-operationnelles/jacques-salzer

[3] En France la médiation judiciaire se déroule sur trois mois. Elle est renouvelable une fois.

[4] Jacqueline Morineau, L’esprit de la médiation.

[5] https://i1.wp.com/www.club-agile-caen.fr/wp-content/uploads/2017/06/roue-de-Fiutak.jpg

[6] http://www.mediation-familiale.com/pem/articles.php?lng=fr&pg=15

[7] http://www.choisirlamediation.fr/exemples/mediation-penale-a-caractere-familial

[8] Jacqueline Morineau, L’esprit de la médiation, p. 141 et sq.

[9] http://www.choisirlamediation.fr/

À propos de l’auteur

Yves Alain administrator

Je suis un homme ordinaire, évoluant d'une posture de sachant à celle de sage. La vie m'a donné de nombreux privilèges : français, catholique, marié, père de six enfants, grand-père, ingénieur polytechnicien, canoniste, médiateur, coach, écrivain et chef d'entreprise (https://energeTIC.fr) Il me faut les lâcher peu à peu pour trouver l'essentiel. Dans cette quête, j'ai besoin de Dieu, de la nature et peut-être de vous.